La bagnole selon André Gorz et Sempé

L’idéologie sociale de la bagnole : une analyse intéressante sur « la bagnole » par le philosophe André Gorz, datant de 1974, et hormis quelques traits un peu datés, cette réflexion semble étonnamment actuelle, ce qui montrerait que l’on a finalement peu évolué en quarante ans !

Selon le vieil adage, un dessin vaut mieux qu’un long discours, il est amusant de découvrir que, douze ans auparavant, Sempé a réalisé une série de dessins décrivant précisément le même phénomène !


Gorz en a-t-il été inspiré ? Mystère… Le ton n’est toutefois pas le même : tandis que l’artiste fait passer son idée avec la tendre légèreté qui caractérise son œuvre, le philosophe est plus militant et développe plus largement son argumentation.

Malgré les discours publicitaires des constructeurs affirmant que la voiture rend libre — difficile de ne pas les associer au tristement célèbre Arbeit macht frei —, les faits sont têtus et l’automobile s’avère définitivement un boulet qui transforme son propriétaire populaire en vache à lait captive, depuis le coût de son permis à l’ensemble des dépenses induites par la possession et l’usage du véhicule, surtout rapportées à ce si faible usage en ville (il stationne 95% du temps !).

Sempé illustre également que seul le riche bourgeois sait et/ou peut bénéficier du moyen de transport individuel le plus efficace, le prolo ayant toujours un train de retard, et depuis la « démocratisation » de l’auto, il s’agit à nouveau du vélo !

Sauf qu’il ne tient qu’à soi-même de sortir du cercle vicieux de la bagnole et se rendre compte combien le vélo est de loin le meilleur moyen de transport urbain.

Une petite anecdote personnelle illustrant, loin des idées reçues, la lenteur effective de l’automobile en milieu urbain :

J’ai récemment emmené la voiture de ma compagne à réviser chez son ami garagiste aux Pavillons-sous-Bois, à environ 13 km de notre quartier Gambetta.
En prenant l’autoroute A3 qui n’était pas encombrée, j’ai mis 30 minutes à l’aller.

Pour le retour, j’ai sorti mon vélo pliant de la voiture et suis reparti dessus.
Sachant qu’il n’a que deux vitesses : une pour démarrer ou grimper les côtes, et une vitesse de croisière qui plafonne sur le plat à environ 30 km/h (la limite est ma vitesse de pédalage, au-delà je m’essouffle), c’est clairement un vélo conçu pour les petits trajets urbains pépères, et considérant que je ne connaissais pas le chemin, me guidant à l’aide de mon smartphone…

Et bien je n’ai mis que 5 minutes de plus qu’en voiture !

2 réflexions au sujet de « La bagnole selon André Gorz et Sempé »

    1. Oui Jeanne, Sempé a ce talent rare et remarquable de donner à réfléchir, avec la plus grande légèreté. Simplement est bien le terme qui convient !

Qu'en pensez-vous ?